Focus Biodiversité Marais Audomarois

Le marais Audomarois (sur le territoire de 15 communes) couvre une surface de 3726 hectares, c’est le plus vaste complexe humide de l’ancienne région (Nord Pas-de-Calais). Désigné zone Ramsar en septembre 2008 au titre de la Convention de Ramsar, il a été déclaré par l’UNESCO à Paris, le 28 mai 2013 « douzième Réserve de Biosphère française » (Label Man and Biosphère). Secteur polderisé de (niveau 0) 560 km de fossés et 170 km de rivières wateringues (rivières navigables). Celui-ci offre un complexe humide de 630 km² correspondant à 4 entités hydrauliques distinctes : la rivière Aa (Code masse d’eau FRAR02), le canal à grand gabarit (Aa canalisée ; Code masse d’eau FRAR01), les parties « est » et « ouest » du Marais.

A l’heure actuelle, l’état de la connaissance de la faune et de la flore remarquable et donc de la biodiversité terrestre et aquatique reste, à l’échelle de la cuvette audomaroise, disparate malgré le millefeuille d’outils de protection et d’inventaires (ZNIEFFs de type1 et 2, Espaces Naturels Sensibles, Réserve Naturel National des étangs du Romelaëre, zone d’intervention du Conservatoire du Littoral, site Natura 2000, site classé, site inscrit, monuments historique….). Le projet baptisé « Focus Biodiversité Marais Audomarois » de la Fédération du Pas-de-Calais pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique consiste à mobiliser l’état de la connaissance sur le compartiment faune et flore aquatique. Le monde subaquatique, les espèces inféodés, son fonctionnement, et les inter-relations écosystémiques sont méconnues.

Focus Hydromorphologie (enjeux hydromorphologiques pour la gestion des rivières et la reconquête de la biodiversité. Approche qualitative et quantitative) :

La délimitation/cartographie et suivi des zones humides sont des éléments indispensables pour l’évaluation de leurs fonctions et la préservation de leur biodiversité. Il s’agit donc de caractériser le potentiel du marais via la Télédétection. Acquisition de données multi-spectrales avec le Lidar, le Radar, la thermographie infrarouge et/ou la photogrammétrie, pour la cartographie et la caractérisation des communautés végétales des zones humides. De plus, de la donnée topographique précise sera générée (via survol en avion de cartographie ou un drone aérien).

Focus biodiversité faune aquatique (approche qualitative) :

Expertise ADN environnementale « Révélateur de la biodiversité ». Il s’agira de réaliser des prélèvements sur des sites préalablement définis, au nombre de 10 répartis spatialement de manière homogène pour obtenir une trace d’ADN des poissons (téléostéens), des amphibiens, des écrevisses, des bivalves. Via les analyses bio-informatique, les résultats se résumeront en une liste des taxons identifiés et leurs nombres de séquences ADN. Cette détection par le traçage du flux d’ADN dans le milieu permettra de mettre en évidence la présence d’espèces jusque-là non échantillonnées par les méthodes d’inventaires traditionnelles (pêches électriques, aux engins passifs, protocole de capture…). A l’échelle du périmètre du SCoT du Pays de Saint-Omer, ce n’est pas moins de 32 taxons piscicoles et 1 taxon astacicole dont la présence est avérée ! L’ADNe permettra d’orienter, de guider, de cibler les habitats afin de caractériser par la capture d’individus par des échantillonnages par pêche électrique des espèces telles que la loche d’étang (Misgurnus fossilis ) inscrite en annexe II de la DHFF, où sa présence est fortement suspectée au vu de la qualité mésologique des habitats présents au sein du marais et de la Réserve Naturelle Nationale du Romelaëre. De plus, la présence d’espèces dites « Espèces Exotiques Envahissantes » telles que l’écrevisse de Louisiane (Procambarus Clarkii), le Crabe chinois (Eriocheir sinensis) sera caractérisée par cette méthode exhaustive qualitative. Les secteurs de prélèvements pressentis sont sur le marais est et ouest et la RNN du Romelaëre.

Au sein du marais 2 espèces emblématiques à haute valeur halieutique et patrimoniale sont présentes. Il s’agit du brochet (Esox lucius) et de l’anguille européenne (Anguilla anguilla) d’où les Focus suivants.

Attribution des images: FNPF-Laurent Madelon.